Share this post :

Le développement, ce n’est pas pour les femmes!

Le développement, ce n’est pas pour les femmes !

J’ai bien failli y croire ! Et pourtant, aujourd’hui, je suis consciente que c’est une aberration qu’on voudrait bien nous faire “gober” !

Avec mon diplôme de baccalauréat en sciences économiques en poche, et une mention très bien, j’ai pu suivre des études en informatique de gestion. Pourtant, ma passion pour l’informatique n’a vu le jour qu’après 8 ans !

Pourquoi un tel délai ? C’est parce que je ne me suis trouvée dans un environnement propice à l’éclosion de ma passion qu’après ces 8 années !

Il faut avouer que pendant mes 3 années de licence, le développement était très loin de m’intéresser ou d’intéresser la majorité des jeunes femmes de ma promotion. Alors que les garçons, eux, adoraient l’outil informatique. Une fois devant leurs machines, ils n’arrivent plus à s’en détacher. Ils veulent la comprendre, l’analyser, la défier… Cette frénésie nous semblait incompréhensible. En ce qui nous concerne, nous voulions seulement avoir nos diplômes. Et un peu de théorique suffit pour accomplir cela.

Ne me méprenez surtout pas, je ne suis pas en train d’insinuer que les filles ne sont pas faîtes pour le coding et que l’exaltation des garçons devant ces nouvelles technologie est innée. Ceci serait équivalent à dire qu’ils sont mieux placés que nous pour exceller dans ce domaine !

Mon interaction avec mes collègues femmes m’a permise de comprendre que si les femmes sont moins attirées par le code c’est parce qu’on a dressé pour elles une image et un parcours d’elles doivent impérativement suivre. Chercher un emploi stable, fonder un famille et éviter le risque et les changements, telles sont les attentes que la société exige des femmes. L’homme quant à lui jouit d’une liberté absolue, le rendant prédisposé à oser plus !

Dans une période ou le domaine du développement commence tout juste à prendre de l’ampleur. Parier là-dessus perturbe les projets qu’on a dressés pour nous ! Alors que les hommes peuvent se permettre de prendre des risques et se lancer dans la découverte de ces nouvelles tendances.

On m’a fortement conseillé de faire un master en recherche, comme mes collègues, pour pouvoir avoir un poste d’enseignante dans le secteur public et éviter l’agitation du secteur privée. Ceci explique sûrement le manque actuel de femmes dans les équipes tech ! Elles se sont, pour la plus part, vouées à une carrière stable, paisible loin du stress des équipes de développement ! Car un développeur peut travailler même chez lui, le soir, pendant les week-ends et pendant les vacances.

Pourtant, les femmes possèdent en elles tout ce qu’il faut pour exceller dans ce domaine ! Si leur indifférence est réelle, les causes de cette dernière le sont moins ! La preuve, les femmes qui ont défié le système.

Celles qui ont choisi de quitter le troupeau, ont prouvé que nous n’avons rien à envier à leurs collègues du sexe opposé ! Le sens de la logique, nous l’avons ! L’amour et la passion, nous en débordons, si nous oublions les barrières qu’on nous a imposées ! La capacité d’apprentissage, je ne pense pas que j’ai besoin de le préciser…. !

Si cette fatalité, infligée aux femmes, est la cause de leur nombre restreint dans le domaine tech, le futur promet d’être plus attrayant.

Elles sont nombreuses celles qui comme moi, ont découvert un amour sincère pour le coding. Pour ma part, ce fut après 2 années de master et 5 ans dans un travail peu satisfaisant. J’ai eu la chance d’être sélectionnée pour le programme 1000Coders de GoMyCode et ainsi de tomber amoureuse du développement.

Les premières étapes étaient difficiles, mais une fois immergée et imprégnée par le monde du coding, je me suis trouvée comme un poisson dans l’eau.

Le développement est devenu ma vocation. J’ai vite compris que si je n’y avais pas prêté attention auparavant, c’est parce que mon environnement n’y était pas favorable.

À GoMyCode, entourée par des développeurs, encouragée et poussée à m’améliorer, j’ai fini par être la première de ma promotion…. Oui, moi, qui ne déniais même pas passer plus qu’une heure sur une machine.

Maintenant coder est devenu un vrai plaisir et une source de satisfaction énorme.

Je ne suis pas un cas unique, les filles, ne se reconnaissant plus dans le portrait qu’on a dressé d’elles, se tournent de plus en plus vers le gaming et le développement !

Ce groupe Tweeter des femmes utilisant React.js en témoigne !

Je suis sûre que les générations actuelles feront mieux que nous et que la femme sera la rivale de l’homme dans la technologie. Elle géra les équipes de développeurs et aura la place qu’elle mérite.

Et comme Grace Hopper, Ruth Lichterman ou Marlyn Meltzer se sont appropriées des lignes dans les livres d’histoire par leurs exploits technologiques, cette génération se démarquera par des femmes leaders en Tech !

Je finirai peut-être par un message pour les jeunes développeuses ; on va vous mettre des bâtons dans les roues, mais ne vous laissez surtout pas intimider ! Vous avez tout ce qu’il faut pour exceller en tech, et bien plus encore !

Share this post :

Sign up for Newsletters