Blog

Share this post :

Le déficit de talents en cybersécurité en Afrique

La croissance rapide de la technologie numérique en Afrique a augmenté les opportunités de développement économique, amélioré l’accès aux services et la connectivité excellente. Cependant, ce progrès a également exposé le continent aux risques croissants des menaces cybernétiques. Avec une empreinte numérique en expansion, renforcer la résilience cybernétique en comblant le fossé des compétences en cybersécurité est devenu un impératif pressant.

La Commission de l’Union africaine (CUA) et le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) ont réalisé une évaluation en 2020 sur la cybersécurité dans les pays africains. L’enquête a révélé que les pays africains avaient une compétence moyenne en cybersécurité de 0,21 sur 1. De plus, plus de 70 % des nations africaines nécessitent une infrastructure de cybersécurité supplémentaire, avec moins de 40 % disposant d’une Équipe d’intervention d’urgence en informatique (CERT) spécifique ou d’un cadre de politique de cybersécurité.

Les Conséquences des Violations de la Cybersécurité

Une violation de la cybersécurité peut entraîner d’importantes pertes économiques. Par exemple, en 2021, Accenture a estimé que l’Afrique du Sud avait le troisième nombre le plus élevé de victimes de la cybercriminalité dans le monde, entraînant une perte financière annuelle de 2,2 milliards de rands.

De plus, selon une analyse de Kaspersky de novembre 2021, le Nigeria, l’Afrique du Sud et le Kenya ont enregistré 81 millions d’attaques cybernétiques en seulement trois mois. Cette statistique préoccupante met en lumière la montée croissante de la cybercriminalité à mesure que l’accès à Internet augmente. Notamment, les tentatives de phishing ont augmenté de 438 % au Kenya et de 174 % au Nigeria, respectivement, au cours du deuxième trimestre de la même année.

Recommandations en matière de politique pour combler le fossé des compétences en cybersécurité

Compte tenu de ces statistiques alarmantes, il est impératif d’établir une stratégie efficace pour combler le fossé des compétences en cybersécurité en Afrique. Les recommandations suivantes fournissent un plan d’action pour renforcer la cybersécurité sur le continent :

Développer une Éducation Complète en Cybersécurité

Il est essentiel d’établir un cadre éducatif complet pour construire une base solide en cybersécurité. Ce cadre devrait inclure :

  1. L’intégration des concepts de cybersécurité dans les programmes scolaires du primaire et du secondaire afin de sensibiliser et de susciter l’intérêt des jeunes élèves.

  2. Le développement de programmes de cybersécurité dédiés au niveau tertiaire pour former les diplômés aux compétences et aux connaissances nécessaires pour intégrer le marché du travail.

  3. Encourager la collaboration entre le milieu académique, les entreprises et le gouvernement pour établir des centres innovants de recherche et de développement en cybersécurité.

Les gouvernements devraient allouer des ressources pour mettre en place et exécuter un cadre adapté aux besoins de chaque pays.

Investir dans la Formation Technique et Professionnelle

L’importance de l’éducation et de la formation technique et professionnelle (ETFP) dans la réduction du fossé des compétences en cybersécurité ne peut être surestimée. Les individus qui ne peuvent pas se permettre une éducation supérieure traditionnelle peuvent bénéficier des options d’apprentissage pratiques et accessibles offertes par l’ETFP. Elle peut être adaptée aux demandes locales du marché du travail et dispensée sous diverses formes, telles que des cours en ligne, des apprentissages et des stages.

Les gouvernements devraient investir dans des projets d’ETFP axés sur les compétences en cybersécurité et collaborer avec des partenaires commerciaux pour maintenir le programme actuel.

Soutenir les Initiatives de Renforcement des Capacités

Les initiatives de renforcement des capacités, telles que les ateliers, les sessions de formation et les conférences, sont essentielles pour renforcer le paysage de la cybersécurité en Afrique. Ces initiatives contribuent au développement des compétences techniques et favorisent la collaboration professionnelle et le partage des connaissances.

Les gouvernements et les organisations régionales devraient investir dans ces initiatives de renforcement des capacités et exploiter des partenariats avec des organisations internationales telles que l’Union internationale des télécommunications (UIT) ou le Centre africain de cybersécurité de la Commission économique pour l’Afrique des Nations Unies pour améliorer l’efficacité de ces programmes.

Encourager les Partenariats Publics-Privés

La collaboration entre les secteurs public et commercial est essentielle pour réduire le fossé des compétences en cybersécurité. Les gouvernements devraient collaborer avec des partenaires du secteur privé tels que des entreprises technologiques, des fournisseurs de télécommunications et des institutions financières pour mettre en commun des ressources et une expertise en vue d’une action collective.

Afin de favoriser le dialogue et encourager des actions de coopération visant à combler le fossé des compétences, les gouvernements devraient créer des lieux de collaboration public-privé, tels que des conseils consultatifs en cybersécurité.

Cultiver une Culture de la Sensibilisation à la Cybersécurité

Promouvoir une culture de la sensibilisation à la cybersécurité est essentiel pour créer un environnement numérique résilient en Afrique. Cela implique de promouvoir de bonnes pratiques d’hygiène cybernétique, telles qu’une gestion solide des mots de passe et des mises à jour régulières des logiciels.

Les gouvernements devraient lancer des campagnes de sensibilisation du public ciblant divers groupes démographiques et secteurs pour souligner l’importance de la cybersécurité et promouvoir un comportement en ligne responsable.

Mettre en Œuvre des Stratégies Sensibles au Genre

Les femmes sont souvent sous-représentées dans le domaine de la cybersécurité, ce qui aggrave le fossé des compétences. Pour garantir l’égalité des chances, des stratégies sensibles au genre doivent être mises en œuvre. Cela peut inclure :

  1. Développer des programmes de mentorat pour mettre en relation les jeunes femmes avec des professionnelles expérimentées dans le domaine.

  2. Offrir des bourses d’études et des incitations financières spécifiquement destinées aux femmes qui poursuivent des études et une formation en cybersécurité.

  3. Encourager les femmes à participer à des événements liés à la cybersécurité tels que des conférences et des séminaires afin de créer un lieu de travail plus inclusif.

Les gouvernements et les institutions éducatives devraient collaborer pour concevoir et mettre en œuvre des politiques sensibles au genre visant à recruter et à fidéliser davantage de femmes dans la profession.

Tirer Parti de la Collaboration Régionale et Internationale

La collaboration régionale et internationale peut fournir des ressources précieuses, des connaissances et une expertise pour aider les pays africains à combler le fossé des compétences en cybersécurité. Cela peut inclure :

  1. Participer à des exercices et des compétitions internationaux en cybersécurité pour favoriser le développement des compétences et le partage des connaissances.

  2. Former des partenariats régionaux, tels que le Groupe d’experts en cybersécurité de l’Union africaine (AUCSEG), pour faciliter l’échange des meilleures pratiques et coordonner les efforts régionaux en matière de cybersécurité.

  3. Collaborer avec des organisations internationales et d’autres pays pour accéder à une assistance technique, des programmes de renforcement des capacités et des opportunités de financement.

Les gouvernements africains sont encouragés à participer activement aux initiatives régionales et internationales en cybersécurité afin de tirer parti des ressources et de l’expertise partagées.

Combler le déficit de compétences en cybersécurité en Afrique est une tâche complexe et multifacette. Les pays peuvent établir une base solide pour la résilience cybernétique en mettant en œuvre les politiques susmentionnées, telles que la création d’un système éducatif complet, l’investissement dans la formation technique et professionnelle, et la promotion de la collaboration régionale et internationale. Ce faisant, ils protégeront leurs citoyens et leurs économies contre les menaces cybernétiques tout en exploitant le grand potentiel de la révolution numérique pour la croissance et la prospérité à long terme du continent. Combler le fossé des compétences en cybersécurité en Afrique est essentiel et crucial pour préserver l’avenir numérique du continent.

Share this post :

Sign up for Newsletters